Get Adobe Flash player

Explorations de l’oesophage : PH métrie et manométrie

pH-métrie œsophagienne

Mesure et enregistrement en continu, pendant plusieurs heures, du pH du bas œsophage.

La pH-métrie est un examen qui contribue à établir le diagnostic du reflux gastro-œsophagien (passage anormal de liquide gastrique acide dans l'œsophage). Elle permet également de contrôler l'efficacité du traitement chirurgical ou médical de celui-ci.

La pH-métrie est un examen très fiable qui permet de détecter un RGO dans 96% des cas avec une spécificité de 96%.

Technique

La pH-métrie se pratique à l'aide d'une petite sonde munie d'une électrode permettant de mesurer le PH de l’œsophage : la sonde est introduite par une narine (le plus souvent une anesthésie locale est inutile en raison de la miniaturisation actuelle des sondes).

Lorsque le médecin ou son aide vous le dira, vous devrez avaler de l’eau au moyen d’une paille afin de faciliter la progression de la sonde. Celle-ci est placée dans l’œsophage 5 à 7 cm au dessus au-dessus du sphincter œsophagien inférieur (ou cardia).

Une fois en place, la sonde sera fixée à votre arcade nasale et sur votre joue.

L'autre extrémité de la sonde se termine par une fiche reliée à un boîtier extérieur (PH-mètre informatisé), qui enregistre les mesures. Le boîtier est placé dans une petite sacoche ou fixé à la taille du patient, ce qui permet à celui-ci de se déplacer librement.

Déroulement

Il est INDISPENSABLE d’arrêter tout traitement bloquant la sécrétion acide de l’estomac 7 jours avant l’enregistrement.

L'examen est indolore mais souvent gênant. Il dure 18 à 24 heures. Le patient doit être à jeun depuis au moins 3 heures lors de l'introduction de la sonde. Il peut ensuite repartir et reprendre ses activités habituelles y compris l’alimentation après la pose de la sonde. Il doit simplement indiquer sur le pH-mètre les différentes informations (début et fin des repas, du coucher) et se présenter le lendemain pour l'enlèvement de la sonde. L'examen ne s'accompagne d'aucun effet secondaire.

Il est important de ne pas mouiller le boîtier (pas de douche ni de bain) et d’éviter toute force de traction accidentelle sur la sonde. Quant à votre vie quotidienne, nous vous encourageons à la poursuivre normalement. Idéalement, il faudrait même tenter de provoquer les symptômes dont vous souffrez habituellement pour que l’on puisse les étudier. Vous pouvez prendre vos médicaments (sauf les antiacides) et manger comme d’habitude pendant la période d’examen.

Le tracé de phmétrie est le plus souvent remis immédiatement au patient et le compte rendu écrit avec les courriers aux médecins correspondants sont adressés par courrier dans les 24 à 48 heures.

A quoi sert cet examen ?

Cette exploration n’est utile que dans les cas difficiles (symptômes peu typiques, absence d’œsophagite à l’endoscopie). Elle permet de déterminer si vous souffrez de reflux gastro-œsophagien (RGO). Le RGO occasionne des symptômes pouvant être très variés : toux, douleur thoracique, enrouement, maux de gorge, etc…

Manométrie œsophagienne

La manométrie œsophagienne renseigne sur le fonctionnement de la contraction de l'œsophage. Elle consiste à enregistrer la pression qui règne à l'intérieur des différentes parties de l'œsophage et des sphincters œsophagiens supérieur et inférieur à l'aide d'une petite sonde reliée à des capteurs de pression.

Cet examen permet de rechercher l'existence de troubles du fonctionnement de l'œsophage en cas de symptômes comme des difficultés ou des douleurs à la déglutition, des régurgitations d’aliments ou des douleurs thoraciques pouvant prêter à confusion avec une angine de poitrine.

Cet examen est également très utile avant de réaliser la cure chirurgicale d'une hernie hiatale ou d’un reflux gastroesophagien car la mise en évidence de très mauvaises contractions au niveau de l’œsophage peut contrindiquer cette opération.

Comment se déroule la manométrie œsophagienne ?

Il est nécessaire d'être à jeun 3 heures avant l'examen.

Le patient est assis lors de l'introduction de la sonde souple par le nez jusque dans l’estomac. Puis il est allongé pendant le déroulement de l'examen qui n'est pas douloureux.

Seule l'introduction de la sonde par le nez peut être légèrement désagréable.

L’enregistrement de la pression s’effectue à différents niveaux de l'œsophage, au repos et lors de déglutitions de salive ou d’eau.

L’examen dure environ 15 minutes.

En pratique

Penser à apporter tous documents complémentaires nécessaires à votre examen : courrier du médecin qui demande l'exploration fonctionnelle, compte-rendu d’endoscopie œsogastrique ainsi que les clichés radiologiques en votre possession notamment un transit œsogastroduodénale (TOGD) ou scanner.